Le Parolier rencontre...
Jean-Claude Boudreau

Cinquième partie : À travers les chansons


N'oubliez pas de visiter le site web de Jean-Claude ainsi que la section qui lui est consacrée sur le site "Le parolier" !



AUX ALENTOURS :

J'étais un peu révolté quand j'ai écris cette chanson. "À travers les mers des faux discours, le pouvoir a fait place à une vérité beaucoup trop lourde. Pour les langues brunes, moi pas lécher le cul des autres, moi pas rester aux alentours". J'ai côtoyé des gens qui avaient une attitude que je ne pouvais supporter. Il y avait du non dit, des personnes qui étaient prêtes à licher le cul des autres pour obtenir des faveurs. Moi, je ne pouvais tolérer ça et j'ai quitté ce milieu social où je ne cadrais pas. Je crois qu'il faut être soi-même et cette chanson vient de là.

UN BAISER D'ELLE :

Je trouve cette chanson un peu "nounoune", pas dans le sens inutile, mais plus parce qu'elle est simple. Je n'y réinvente pas la poésie ! (Rires) Elle raconte la rencontre avec une fille qui fait battre ton coeur et que tu as le goût d'embrasser. Ça traite des émotions liées à la séduction.

UN DE CES CAUCHEMARS :

J'ai écrit cette chanson en 1989. Elle s'inscrit dans une démarche où je voulais ouvrir des portes, essayer d'avancer plus loin dans le milieu et tenter de me faire connaître. J'ai toujours eu l'impression de ne pas être à la bonne place, je me sentais toujours à part et je me rendais compte que j'avais un côté observateur très développé. À cette époque-là, j'aimais aller seul dans un café et regarder les gens. Donc, le cauchemar c'était : "Comment ça se fait que je ne suis jamais à la bonne place ? Sauf quand je suis seul et que j'écris". En fait, ce n'est pas un cauchemar comme la fin du monde... c'était plutôt mes démarches pour essayer de faire de la musique. J'avais l'impression que les portes étaient tellement grandes que je n'arriverais jamais à les ouvrir.

LÀ, À CÔTÉ :

Cette chanson traite de l'amitié et de l'amour que j'ai pour ma blonde, ça parle des liens solides qui nous unissent elle et moi.

LIBERTAD :

Le mot "libertad" est en espagnol, je le trouvais beau phonétiquement et ça entrait bien dans la chanson. Nous avons tous un désir de liberté... mais cette liberté, il faut la circonscrire, il faut y faire attention. "Libertad, emporte-moi, libertad, prends soin de moi". Ça signifie que je veux être libre et que je dois faire attention pour ne pas m'égarer. La liberté, c'est fragile.

MARÉE DENSE :

"Toute la vie qui file devant toi et toi derrière le pas haletant". Ça signifie que la vie va trop vite et que parfois tu cours après plein de choses. La vie prend des directions et on a de la misère à la rattraper, il y a des choses qui vont plus vite que toi, des choses que tu n'as pas le temps de comprendre.



OUI, C'EST VRAI :

Oui c'est vrai, c'est le besoin d'exister, le besoin de pousser, le désir profond d'aimer et d'être aimé.

OUVRE-MOI :

Ça signifie : "Permets-moi d'être ce que je suis". Parfois tu as des choses lourdes à dire qui te font mal. Même si tu es heureux, il faut que tu le dises, que tu l'écrives. Dans cette chanson, je me dis : "Jean-Claude, ouvre-toi, il faut que tu écrives ça, ce sont des choses essentielles à nommer".

REFAIRE LE MONDE :

J'ai fait cette chanson rapidement... en deux jours. Le texte parle encore une fois de l'amour et des relations de couple. Préserver la relation que tu as avec la personne que tu aimes. Le rythme de la chanson est un peu latin, j'aime bien ça.

TAXI :

Cette chanson parle de la solitude. Je me rappelle qu'à une époque de ma vie, je vivais à Montréal. J'étais un peu nomade, je me recherchais, je me demandais quoi faire dans la vie... je faisais des spectacles, du théâtre... Et je prenais souvent des taxis. Je me souviens que je me rendais à des rendez-vous et que j'étais insécure. J'avais l'impression d'être déraciné, de ne pas me sentir chez moi. La chanson parle de ça... tu prends un taxi où tu ne connais pas la personne et où tu échanges quelques minutes de conversation.

DEVENIR CHAUD :

"Devenir chaud" dans le sens d'être en contact avec soi, d'être éveillé à ses sens pour être capable de bien se connaître. "Sentir à fond ce vent, me devenir, laisser couler pour une fois ces larmes qui m'appartiennent, devenir chaud". Ça signifie : sentir la vie, sentir le temps au moment présent, être disponible. En fait, je souhaite devenir "chaud". "Me projeter dans un autre temps, devenir chaud rien qu'un instant. Croire aux histoires de mes frères pour oublier cette misère". C'est une chanson de recherches et d'introspections.