Le Parolier rencontre...
Gaëtane Breton

Troisième partie : Les années 1980





Gaëtane Breton en 1981

Le Parolier : Le duo s'est "séparé" en 1981 (à l'exception d'un retour pour les festivités du 450e anniversaire de l'arrivée de Jacques-Cartier en 1984). Qu'est-ce qui a provoqué cette séparation ?

Gaëtane Breton : Il est vrai que nous avions annoncé officiellement notre séparation en 1981 mais dans les faits nous avons continué à faire des spectacles ensemble jusqu'en 1985 . Nous nous sommes séparés comme nous étions arrivés sur la scène musicale c'est-à-dire sans planification. Dans les années 1980 commençait le désintéressement pour la chanson traditionnelle de la part du public et des médias et comme Richard et moi n'avions pas vraiment prévu d'autres alternatives nous nous sommes retrouvés devant rien. Les diffuseurs se désintéressaient de notre produit donc nous nous sommes retrouvés sans spectacles pour de grandes périodes de temps, comme si le public nous abandonnait. Face à ce constat, nous nous sommes quittés. C'est dommage car nous avions une complicité formidable.

Richard et moi faisions face à un autre problème dans le sens que nous n'avons jamais eu d'agents pour nous aider à planifier notre carrière à long terme. Il aurait peut-être fallu se réorienter comme a fait la Bottine Souriante en ajoutant des cuivres. C'est ce qui arrive à toute carrière qui n'a pas de planification à long terme et qui n'a pas d'équipe de soutien avec elle, ça finit par tomber peu importe le talent que tu possèdes.


L.P. : Comment avez-vous perçu les années 1980 ? (Musique synthétique vs musique folklorique mise au rancart).

G.B. : Il faut dire que les années 1980 ont été en réaction contre la vague trop forte du mouvement traditionnel qu'on retrouvait à toutes les sauces dans les années 1970. La plupart des groupes traditionnels ont disparus à ce moment-là. Après la victoire du Parti Québécois, on dirait que les québécois avaient gagné leur pari en tant que peuple donc plus besoin de musique du passé pour pouvoir s'identifier, il fallait absolument aller de l'avant. Je me rappelle qu'il n'était plus question de passer à la télévision dans le style granola avec nos jupes longues et fleuries, les femmes revenaient plus sexies. Pour moi, la musique des années 1980, après la richesse de créativité musicale des années 1970 avec les Beau Dommage, Harmonium et les Séguin, me semblait très pauvre en comparaison. Je ne m'y retrouvais plus dans le style "synthétique". Heureusement qu'il y avait Richard Séguin, Michel Rivard et d'autres qui avaient réussi à passer le cap des années 1980. Je trouve que c'est seulement dans les années 1990 qu'on a retrouvé un style à nous avec des créateurs de chansons comme Richard Desjardins.