Le Parolier rencontre...
Édith Butler

Septième partie : Conclusion




Le Parolier : Lorsque vous regardez votre carrière, êtes-vous satisfaite de ce que vous avez fait ?

Édith Butler : Ah oui ! Je suis partie d'un tout petit village et je pensais devenir professeur. J'ai eu une belle vie et je vais encore avoir une belle vie !



L.P. : Quels sont les coups de coeur de votre carrière ?

É.B. : Il y a eu trois rencontres déterminantes. Il y a Lise Aubut, qui est la plus importante. Elle a structuré ma carrière et elle a apporté un côté spirituel à mes chansons. Il y a Daniel Deschênes (Daniel DeShaime) pour le côté musical. Et il y a Catherine Lara que j'ai rencontrée en 1973. Nous avons cheminé ensemble ou séparément, nous nous sommes retrouvées chacune de notre côté de l'océan pour finalement aboutir avec un produit comme celui-là (Madame Butlerfly).

L.P. : Avez-vous l'intention de donner suite à Madame Butlerfly sur disque ?

É.B. : Non. J'ai déjà un autre projet que je veux réaliser avec Catherine Lara, on veut faire complètement autre chose. Et là ça va être quelque chose de pas mal flyé ! (Rires) Un moment donné, tu ne fais plus ça pour le côté commercial. Mais tant mieux si ça peut vendre. On veut faire des choses qui vont rester et l'album "Madame Butlerfly", je suis sûre qu'il va rester.

L.P. : C'est ce que je vous souhaite ! Je vous remercie de tout coeur de m'avoir accordé cette entrevue !

É.B. : C'était le fun !