Muna Mingole

Auteure, compositrice et interprète.

Muna signifie «enfant» en douala. Née à Paris, Muna Mingole émigre au Canada à l'âge de deux ans. En 1985, elle part à la découverte de son pays d'origine, le Cameroun, y séjourne huit ans et se familiarise avec Malimba, le village de ses ancêtres situé sur une île. Le bleu, symbole d'eau, reflète les valeurs d'espoir, de communication, de courage et persévérance et, comme ses ancêtres, Muna les partage et les transpose dans ses chansons, d’où son surnom singulier de «flamme bleue du Cameroun»!

C'est en octobre 1999 qu'elle fait son entrée sur la scène world beat canadienne. Reconnue et acclamée au Québec, en Ontario et en Alberta, Muna s'impose comme une nouvelle reine des deux principaux rythmes de la musique camerounaise : le Makossa et le Bikutsi. En 2000, les FrancoFolies de Montréal la présentent comme «la nouvelle révélation du world beat ayant effectué l'ascension la plus rapide et spectaculaire de la scène afro-québécoise».

Sa carrière connaît un véritable essor à l’été 2002, alors qu’elle reçoit le prix «Meilleur espoir musical 2002» lors de la soirée de Gala montréalaise des Flambeaux africains. Muna est également conviée à chanter devant plus de 200 000 personnes au grand événement orchestré par les FrancoFolies de Montréal, «La grande fête africaine», et ensuite au mois d'août 2002 pour la Reine Élizabeth II, lors de sa visite à Ottawa.

Après de nombreuses recherches sonores, Muna Mingole propose à l’automne 2004 un cocktail musical relevé : l’album Dipita (Espoir).

(Biographie publiée avec l'aimable autorisation de madame Muna Mingole)

Sites web...
1) Muna Mingole (Site officiel)
2) Rideau

Aucun texte disponible

Discographie...

Dipita (2004, Migue Musik, UM1145).
Ses'a longue; Makossa ma kwan; Oa ndé wé; Hommage; Petite fille; Nyolango; Afrika; Mumi; A ndol'am; Mulema; Village; Kô iyô.


Retour à l'accueil du parolier