Marc Gélinas

( 1937 - 2001 )

Auteur, compositeur, interprète, comédien et animateur.

Bien qu’il soit un auteur-compositeur-interprète confirmé ainsi qu’un comédien de talent, la carrière de chanteur de Marc Gélinas, qui débute dans les années 1950, se situe en marge des grands chansonniers de cette époque (les Félix Leclerc et Raymond Lévesque pour ne citer qu’eux). On le considère davantage de veine plus populaire que poétique, mais tous s’accordent pour dire qu’il a une écriture de grande qualité. Et c’est avec sa chanson «Boucles blondes» qu’il va connaître son premier succès, en 1957. Parallèlement à sa carrière de chanteur, il travaille comme comédien, dans le téléroman «Beau temps, mauvais temps» d’abord, de 1955 à 1958, puis dans le feuilleton «Nérée Tousignant» de Félix Leclerc en 1956, ainsi que dans le télé-théâtre «Médée» de Marcel Dubé en 1957. Il lance un premier album en 1957 («Marc Gélinas chante pour toi») et obtient un grand succès avec la chanson «Aide-toi et le ciel t’aidera», ce qui lui permet d’ailleurs l’année suivante de remporter le Grand Prix du disque canadien.

Populaire sur les scènes des boîtes à chansons, dans les cabarets ainsi que dans de nombreux variétés pour la télévision jusqu’en 1962, Marc Gélinas devient aussi animateur au petit écran des émissions «En quête de chansons», «Sur deux notes» et «Musique en tête», et il anime aussi le cabaret «Le cochon borgne». Il n’hésite pas alors à déclarer publiquement qu’il est en faveur de l’indépendance du Québec. Puis il se fait discret entre 1963 et 1965, le temps de se remettre à l’écriture de chansons. Entre 1965 et 1974, il va connaître du succès avec les titres suivants : «Moïra» et «De vie à éternité» (1965), «Tu te souviendras de moi» et «Le bateau de minuit» (1966), «En suivant l’étoile» en duo avec Ginette Ravel (1968), «J’ai du bon feu» (1969), «Mommy Daddy» en duo avec Dominique Michel (1971) et bien sûr avec les trois chansons qu’il écrit pour l’Expo Universelle de 1967, soit «Rendez-vous à Montréal», «Lorsque le rideau tombe» et son plus grand succès en carrière, la fameuse chanson «La Ronde». Marc Gélinas écrit aussi pour les autres ; pour Ginette Reno, puis pour Ginette Ravel, Pierre Lalonde, Michel Louvain, et surtout pour Thérèse Deroy qui obtient un bon succès avec sa chanson «Que Dieu protège notre amour».

Alors qu’on le couvre de prix et de reconnaissances durant cette période (trophée du meilleur chansonnier au Festival du Disque de 1966, chanteur le plus populaire de l’année 1968 à ce même festival, chansonnier de l’année au Gala des artistes de 1969, délégué par la Société-Radio-Canada pour représenter le pays aux concours «Chansons sur mesure» de Belgique et «Festival de la chanson de Rio de Janeiro» du Brésil, etc.), Marc Gélinas décide de délaisser son métier de chanteur à partir de 1974 et cela après avoir animé l’émission «Le rideau s’ouvre» à TVA. Il décide de se concentrer désormais à son métier de comédien ; au théâtre d’abord («Balconville»), puis à la télévision («Lance et compte III», «Montréal ville ouverte», «Jalna», etc.) et particulièrement au cinéma, où il est fort apprécié. Le réalisateur André Forcier lui fait preuve d’une belle fidélité en lui offrant des rôles dans ses films, notamment «Une histoire inventée» en 1990, «Le vent du Wyoming» en 1994 et «La Comtesse de Bâton-Rouge» en 1997. On le retrouve aussi dans les productions suivantes : «Suzanne» en 1980, «Les Plouffe» en 1981, «Lucien Brouillard» en 1983, «Sonatine» en 1984, «L’homme perché» en 1996, «Histoires d’hiver» en 1999 et «Maelström» en 2000.

Mais l’arrivée du disque compact au Québec et la réédition de ses succès sur trois DC publiés entre 1993 et 2001 lui donnent le goût de revenir à la chanson. Il se produit donc entre autre quelques soirs dans la petite salle de la Place des Arts de Montréal ainsi qu’en région à la fin des années 1990. Malheureusement, cela demeure sans suite puisque Marc Gélinas décède le 2 octobre 2001, emporté par un cancer à l’âge de 63 ans. C’est dans les Laurentides, dans sa maison de Sainte-Adèle, qu’il passe les dernières années de sa vie. Il est à noter aussi que Marc est le père de la chanteuse Anne-Marie Gélinas qui a déjà quelques albums à son actif, de même que de Gilbert Gélinas, lui aussi auteur, compositeur et interprète tout comme son père. Marc Gélinas fut aussi chanté au fil des ans par d’autres artistes, dont Pauline Julien et Anne Dorval qui ont toutes deux repris à leur façon bien personnelle la magnifique chanson «Mommy Daddy». Ce qui est en fin de compte un bel hommage pour cet homme un peu trop sous-estimé par l’industrie culturelle du Québec, lui qui nous a quand même légué presque 300 chansons. Une carrière à la fois belle et discrète... à son image.

(Biographie écrite par monsieur Donald Bilodeau jr.)

Retour à la section de Marc Gélinas


Retour à l'accueil du parolier