Émilie Proulx

Auteure, compositrice et interprète.

En un quart de siècle, Émilie Proulx a été bassiste (The Hot Seat, Nicolas Grou), horticultrice et aura probablement déménagé quatorze fois, de la campagne à la ville et vice-versa... Mais c'est un quart de siècle où elle a surtout écouté beaucoup (beaucoup) de musique : en boucle Joni Mitchell, Cat Power, Joseph Arthur, Pink Floyd et Radiohead... Jusqu’à avoir envie d’en écrire en fait.

En 2004, elle commence donc à empiler les guitares et les voix dans son studio-bunker, à ramasser les mots jusque là éparpillés, à former des chansons lentes et réflectives, quelque part entre post-rock et folk. En 2006, histoire de transposer en spectacle ce qu'elle fabrique en solitaire, Émilie rassemble des amis musiciens (Carl-Éric Hudon, Rose Normandin, Nicolas Grou, et Antoine Marquis) et donne ses premiers spectacles à Montréal.

Au même moment, l'exploration musicale suit son cours, pour prendre la forme en janvier 2007 d'une première parution sur étiquette "La Confiserie" : Dans une ville endormie. Un EP où on peut découvrir Émilie Proulx, ses textes intimes et imagés, une lourdeur qui hypnotise, un univers où marcher lentement...

(Biographie publiée avec l'aimable autorisation de madame Émilie Proulx)


Sur le web...

  1. -| Site web d'Emilie Proulx |- (Site officiel)
  2. Émilie Proulx (myspace.com)

Discographie...

La lenteur alentour (10 mars 2009, La Confiserie, CONCD4324).
Toute seule; Sortir de là; Comme dans un bureau beige et gris; Demain peut-être; L'espoir de passage; Say something now; En Tercel dans le fond d'un rang; La poussière; Perdue entre la certitude et la nage synchronisée dans le doute; Juste un moment.

Dans une ville endormie (30 janvier 2007, La Confiserie, CONCD4322).
Des horreurs au hasard; Que passent les heures; Le calme du temps qui s'arrête; Les masques tombent; La peur me montre vers où aller.


Retour à l'accueil du parolier