Frida Boccara

(1940 - 1996)

Interprète et productrice.

Frida Boccara avait tout pour être une chanteuse internationale. Elle est de nationalité française, née à Casablanca au Maroc (le 29 octobre 1940) et l'on dit que son nom est originaire d'Ouzbékistan. Son prénom lui est hérité de sa grand-mère, plus précisément de Livourne en Toscane, où ses ancêtres résidaient avant de s'installer en Tunisie puis au Maroc. Il n'en faut pas plus pour donner à l'artiste le goût des voyages (l'avenir le prouvera et sa carrière la mènera dans 85 pays).

Parallèlement à ses études au Lycée de Casablanca, elle étudie le chant classique avec une mezzo soprano russe qui vient de s'installer au Maroc. Toutefois, un événement qui sera déterminant dans sa vie la fait passer de la musique classique à la variété. Il s'agit de son audition devant Buck Ram (imprésario de la formation américaine " The Platters ") qui lui demande de le rejoindre à Paris où il se rend dès le lendemain. C'est alors qu'elle se rend elle-même à Paris, à la rencontre de l'imprésario. Mais une rencontre encore plus déterminante pour elle sera celle du parolier Eddy Marnay qui deviendra non seulement un grand ami pour Frida mais aussi celui qui en fera sa muse. Elle signe un contrat avec la firme de disques " Festival " et entre 1961 et 1967, elle lance une série de 45 tours et obtient du succès avec les chansons " Cherbourg avait raison ", " Autrefois ", " Johnny Guitare " et " Le ciel du port ". Elle participe alors à de nombreux concours de la chanson (Festival de San Remo en 1964, la Rose d'Or d'Antibes en 1964 et 1965 avec les chansons " Autrefois " et " Aujourd'hui ", Festival de Sofia en Bulgarie en 1967, etc.) et se fait rapidement connaître en Russie ainsi que dans tous les pays de l'Est où elle devient une vedette, tout comme en Espagne où elle fait paraître de nombreux 45 tours dans la langue du pays. Elle signe ensuite un contrat avec la firme de disques " Philips " en 1968. Son 1er 45 tours avec cette firme devient un succès international : " Cent mille chansons ".

Puis arrive l'année 1969. Frida Boccara lance l'album " Un jour, un enfant " qui ne contient pratiquement que des succès ! Pour cet album, plusieurs fois Disque d'Or et de platine, elle reçoit le Grand Prix de l'Académie Charles Cros. L'artiste est également nommée par le ministre de la culture en France, Monsieur Jack Lang, " Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres ". Toujours cette année-là, elle devient très populaire dans tous les pays francophones, particulièrement au Québec où elle restera fort appréciée. De plus, c'est en 1969 qu'elle remporte le Grand Prix de l'Eurovision alors qu'elle représente la France à Madrid, en Espagne. En effet, c'est avec le titre " Un jour, un enfant " d'Eddy Marnay et Emil Stern qu'elle gagne mais il y a une anomalie cette année-là puisqu'elle fait gagner la France ex aequo avec trois autres concurrents venus du Royaume-Uni, de l'Espagne et des Pays-Bas. L'année suivante, en 1970, la chanteuse lance un autre album qui connaît la faveur du public : " Au pays de l'arbre blanc " contient, entre autres, " Les quatre chemins de l'amour " et " La croix, l'étoile et le croissant " ainsi que la chanson " Un jour on vit ", écrite par Eddy Marnay sur une musique de Michel Legrand. En 1971, les honneurs continuent de pleuvoir sur Frida, qui reçoit le premier prix d'interprétation du " Festival de Mexico " avec sa populaire chanson " Pour vivre ensemble ". Écrite par Eddy Marnay et Jean-Michel Braque (qui n'est autre que son frère), cette chanson sera un énorme succès et sera Disque d'Or. Elle reçoit un autre prix au Festival d'Utrecht pour son titre " Un soleil d'amour ", toujours d'Eddy Marnay et Jean-Michel Braque. Elle chante aussi, cette année-là, la chanson thème du film " Anonimo Veneziano " (" Venise va mourir ") et part en tournée mondiale, laquelle tournée amène Frida au Québec où elle enregistre ce qui sera son seul album "live" francophone, le double 33 tours " Place des Arts 1971 ", disque qui sera réédité en DC 35 ans plus tard. En 1972, l'artiste publie l'album " Rossini et Beaumarchais " sur lequel on retrouve les chansons " Berceuse pour Luciana ", " Le Whisky de papa " et " Mille fontaines ".

Frida Boccara revient aux studios d'enregistrement en 1975 pour lancer un album culte intitulé " Oriundi ". Le disque, entièrement produit par Frida elle-même, est le résultat d'un long travail avec Eddy Marnay, qui signe encore une fois tous les textes, ainsi qu'avec Lina Boccara et Jean-Michel Braque qui composent les musiques. Sur cet album-concept qui se veut universel de par ses thèmes rassembleurs, Frida en profite pour glisser dans le disque une chanson dédiée à son fils nouvellement né, Tristan Boccara, qui deviendra plus tard compositeur et chanteur sur le label Universal. Elle lance en 1976 le microsillon " Valdemosa " sur lequel elle collabore encore et toujours avec sa sœur Lina et son ami Eddy, mais aussi cette fois avec Didier Barbelivien (" Le roman de ma vie ") et le compositeur Jean-Pierre Goussaud (" Trouver mon père " et " Valdemosa "). En 1977, elle se rend en Australie pour une longue tournée qu'elle immortalise sur un double album et publie en 1978 le superbe 33 tours " L'année où Piccoli... ", disque entièrement constitué d'adaptations en chansons de morceaux de musique classique. " L'année où Piccoli... jouait "Les Choses de la Vie" ", " Les enfants de Mozart ", " Ma rivière " et " Un sourire au-delà du ciel " obtiennent un très beau succès et l'auteur Claude Lemesle se joint à Marnay pour l'écriture des textes. Le succès étant au rendez-vous, Frida lance en 1979 un autre album du même style, " Un monde en sarabande ", avec à présent la complicité de l'imposante chorale "Mastreechter Staar". Elle lance enfin en 1980 " Un enfant de France " et " Écrit dans la pierre " et la télévision française lui demande de représenter la France encore une fois à l'Eurovision de 1981 avec la chanson " Voilà comment je t'aime " de Michel Jourdan et Eddy Marnay, mais le rôle revient finalement au chanteur Jean Gabilou.

Hormis la publication de quelques 45 tours (dont " Dis-leur " en 1983 et " Aime-moi " en 1984), Frida Boccara s'absente de la scène. La chanteuse rencontre quelques problèmes de santé, précisément des problèmes de vue. Elle subit alors quelques opérations. Ses fans de partout la réclament et elle ne peut s'empêcher d'effectuer un retour fort remarqué, retour qui s'effectue en 1988. C'est particulièrement au Québec qu'elle brille encore, là où son album " Témoin de mon amour " se rend rapidement en première position des meilleures ventes. Les extraits " Témoin de mon amour ", " J'ai traversé la pluie " et " Oublier " ainsi que sa reprise de " L'année où Piccoli... jouait "Les Choses de la Vie" " sont de bons succès radiophoniques et la chanteuse est de tous les variétés télévisés. L'année suivante, en 1989, elle lance sa première compilation sur DC, mais elle disparaît aussitôt de la vie publique encore une fois à cause de divers problèmes de santé. Elle nous quitte quelques années plus tard, le 1er août 1996, à l'âge de 55 ans, des suites d'une infection pulmonaire. Depuis ce temps, le producteur Yvon Chateigner et Lina Boccara s'activent tous les deux à rééditer la carrière de Frida sur DC, carrière de celle qui a su au fil des ans porter la chanson française sur toutes les scènes du monde. Frida, dont on retiendra chez elle la voix puissante et vibrante comme un violoncelle et le sourire incomparable, nous fera toujours un sourire au-delà du ciel...

(Biographie écrite par Donald Bilodeau Jr., sous les précieux conseils de Madame Lina Boccara)

Retour à la section de Frida Boccara


Retour à l'accueil du parolier